Les racines du concept ovni...

 

Cela fait déjà de longues années que de nombreux chercheurs, à travers le monde, ont souligné le rôle extrêmement important que la science-fiction joua dans l'éclosion du mythe ovni. Alors même que Kenneth Arnold croyait voir des objets volants singuliers, Ray Palmer, dans Amazing Stories du même mois de juin 1947, publiait la suite des divagations de Richard Shaver et d'autres auteurs sur des races terrestres souterraines. Il publiait également des articles d'archéologie fantastique et un texte de l'écrivain fortéen Vincent Gaddis où il était question d'avions fantômes, de boules lumineuses et de tubes aux reflets métalliques apparus dans les cieux américains, anglais ou scandinaves. Un tel article n'était pas le premier du genre car le même auteur et d'autres écrivains fortéens avaient déjà traité de ce sujet à la suite de leur maître Charles Fort dont le Livre des Damnés remontait à 1919 et avait été suivi en 1923, 1931 et 1932 de trois autres ouvrages tout aussi hors du commun. Ce genre de littérature fit évidemment le lit de l'ufologie...

Grâce à internet, de plus en plus de vieilles publications de science-fiction peuvent désormais être consultées en ligne et seuls les fanatiques ou les gens de mauvaise-foi peuvent encore contester que c'est dans ces publications et nulle part ailleurs que se trouve le véritable creuset de la thèse des ovnis extraterrestres, laquelle correspond en fin de compte davantage à une forme d'idéologie religieuse qu'à une conclusion fondée sur des recherches sérieusement conduites. C'est également dans les publications de science-fiction qu'il faut rechercher les sources de la plus grosse partie de l'archéologie-fiction et en tout cas de la plupart des concepts autour desquels elle s'est développée. Beaucoup d'auteurs qui écrivirent alors sur ces sujets mélangeaient d'ailleurs les deux style : le roman de fiction et la documentation mensongère ou erronée.

Nous sommes quelques-uns à avoir déjà publié de nombreux exemples d'illustrations montrant que les ovnis que l'on signala après la fameuse observation d'Arnold avaient déjà été décrits bien auparavant -tant dans leurs aspects que dans leurs agissements- dans la littérature de science-fiction et qu'ils en étaient donc à l'évidence inspirés. Je voudrais, pour démontrer que ces exemples foisonnent, en fournir un nouveau, inédit à ce jour dans la littérature critique.

En fin d'année 1929, dans Amazing Stories Quarterly Vol 2 N° 4, on pouvait lire une histoire d'Edmond Hamilton intitulée "The other side of the Moon" dans laquelle il était question d'un groupe d'archéologues qui avaient été attaqués par des disques volants ayant projeté vers eux des rayons de couleur verte.

La suite de l'histoire, dans laquelle les disques volants apparaissaient encore, se déroulait sur la Lune et mettait les terriens aux prises avec des hommes-tortues.

Un détail mérite d'être souligné : c'est que ces disques étaient troués en leur centre, exactement comme les "soucoupes" de Kenneth Arnold furent représentées sur la couverture du premier numéro du magazine Fate dans lequel Arnold publia son témoignage au printemps 1948...

C'est également de la même manière que des soucoupes furent représentées dans la Shaver Mystery Review Vol. 2 n°1 de 1948.

En ufologie, il y a rarement des hasards...

+ + +

Nul doute qu'une exploitation systématique de certaines collections privées ou non de revues de science-fiction antérieures à 1947 mettrait à jour un grand nombre d'autres exemples aussi démonstratifs.

Marc HALLET - Mars 2014

 

RETOUR A LA LISTE DES ARTICLES

RETOUR A LA TABLE DES MATIERES GENERALE