" ON FERME ! "

 

J'ai commencé à m'intéresser aux "mystères" en 1963 ; mais je n'ai vraiment effectué un travail sérieux de documentation et de recherches sur ces sujets qu'à partir de 1966. Ce qui fait tout de même près de cinquante ans d'activités dans ce domaine et, donc, de quoi dresser un bilan...

Après une période de "croyance docile" en toutes sortes de choses réputées mystérieuses -une attitude qui peut s'expliquer par une certaine forme de naïveté due au jeune âge - mes premiers doutes apparurent, entraînant de ma part des vérifications historiques nombreuses dans différents domaines (religion, ufologie, parapsychologie, archéologie). C'est ainsi qu'un virage majeur s'effectua déjà à partir de 1975 pour aboutir, au bout d'une longue évolution (autour de 1985), à la certitude que s'il existait bel et bien quelques phénomènes physiques naturels mal compris exigeant encore des recherches scientifiques appropriées à leur sujet, aucun engin matériel ni aucune "entité surnaturelle" venus d'un autre monde, d'un autre temps ou d'une autre "sphère d'intelligence" ne s'étaient jamais manifestés sur notre planète, tant hier qu'aujourd'hui. Dans Que penser des apparitions de la Vierge ? (1985) et plus encore dans Critique historique et scientifique du phénomène ovni (1989), j'ai cherché à montrer, d'une part que la science et la critique historique permettaient d'expliquer d'une manière efficace tous les types d'apparitions réputées mystérieuses et, d'autre part, qu'il restait à étudier certains phénomènes naturels physiques encore mal compris qui pouvaient peut-être engendrer parfois des témoignages d'apparitions considérées comme mystérieuses.

Par la suite, j'ai diffusé d'autres études qui ne faisaient que renforcer ces conclusions.

Aujourd'hui, après tant d'années de recherches dans le domaine des apparitions en tous genres, je crois pouvoir dire ci-dessous ce que j'en pense, sans avoir à le démontrer une fois de plus, toutes ces démonstrations ayant déjà été faites ou esquissées dans les nombreux écrits que j'ai pu diffuser...

En ce qui concerne les apparitions -qu'elles soient religieuses, fantômatiques ou ufologiques- l'examen impartial des faits et des études publiées sur ces sujets montre que d'une manière générale nombreux sont ceux qui manipulent à la fois les témoignages et les témoins dans le but de faire triompher leurs idées préconçues plutôt que la manifestation de la vérité. Au niveau des témoins, il existe beaucoup de méprises engendrées par l'ignorance de certains phénomènes physiques ou une volonté de croire résultant d'une quelconque tournure d'esprit acquise au cours de la vie. Cela n'aurait pas de grandes conséquences si, par bêtise, par fanatisme ou parfois même par cupidité, des individus ne cherchaient à monter ces méprises en épingle tout en leur donnant l'apparence de faits mystérieux. Pour ce faire, ils en masquent quelques détails embarrassants et en inventent d'autres là ils sont utiles à leurs démonstrations, ce qui leur permet de donner à celles-ci le "coup de pouce" nécessaire pour qu'elles soient plus commodément avalées par des gens qui trouvent plus commode de croire les merveilles qu'on leur raconte plutôt que d'entamer à leur sujet de solides vérifications.

J'ai cru longtemps que l'ignorance expliquait pour une écrasante part les nombreuses apparitions et croyances absurdes que j'ai pu étudier. C'est sans doute exact pour les témoins de faits prétendument mystérieux. Mais il m'a bien fallu constater qu'en ce qui concerne ceux qui propagent toute une littérature fondée sur le mystère, on se trouve confronté bien plus souvent à de la mauvaise foi et du fanatisme qu'à de l'ignorance, même si celle-ci n'est jamais complètement absente chez eux. Et quand la bêtise, la méchanceté et la grossièreté s'en mêlent, alors il n'y a plus qu'à tirer l'échelle... et c'est hélas de plus en plus souvent le cas !

Il est vain d'essayer de discuter et d'argumenter avec des gens de mauvaise foi ; et plus encore quand ils sont mal embouchés, ce qui caractérise un certain type de fanatiques. Il est tout aussi vain d'essayer de débattre sereinement avec ce que l'on nomme communément des fous même si ce sont de sympatiques cinglés. Or ils sont nombreux aussi parmi les gens qui développent et diffusent des idées et des croyances absurdes. En quarante ans, j'ai pu en rencontrer beaucoup et lire la prose d'un bien plus grand nombre encore.

Je suis aujourd'hui arrivé à un âge où l'on commence à regarder l'avenir avec une certaine inquiètude en mesurant mieux l'évidence qu'on n'est pas immortel. Le temps devient alors précieux et quand on est animé d'une grande curiosité intellectuelle on n'a plus envie de le perdre inutilement.

Voilà la raison pour laquelle j'ai décidé d'abandonner tout dialogue avec les farfelus, les désaxés, les gens de mauvaise foi et les fanatiques de toutes les espèces qui peuvent exister. Je les laisserai désormais pérorer et "prouver" en rond dans leurs coins respectifs ou sur des podiums qu'ils se sont eux-mêmes construits à la mesure de leur vanité. Qu'importent de toute manière ces gens qui s'étonnent que les savants ne veulent pas s'intéresser à leurs travaux et dont les très rares qui sont porteurs de titres scientifiques sont juste assez égarés de l'esprit pour se rendre quand même compte qu'il leur est inutile d'espérer publier leurs élucubrations dans des revues scientifiques de haut niveau.

J'ai également décidé de cesser de m'intéresser à certains types de "mystères" comme par exemple celui des ovnis qu'on dit avoir aperçus ici et là dans le ciel ou près du sol. Je pense avoir fait le tour de ces questions d'une manière définitive. J'en tirerai les conclusions directes en revendant bientôt un grand nombre d'ouvrages et d'archives que j'ai pu accumuler depuis mes débuts.

Qu'on me comprenne bien : je ne me retire pas d'une action publique et je n'abandonne pas mes recherches dans des domaines que l'on dit mystérieux. Je ferme simplement certaines portes et je vide des caves remplies d'archives qui me seront désormais inutiles. Que certains imprécateurs que je connais ne se réjouissent pas trop vite en imaginant que je vais me taire. Je continuerai à parler ; mais je ne leur répondrai personnellement plus jamais.

Liège, le 01 juillet 2010

Marc HALLET

 

RETOUR A LA TABLE DES MATIERES GENERALE